La Lingerie des années 20 : : une révolution dans la garde robe féminine

Les années 20 représentent un tournant de l’Histoire marqué par un profond bouleversement suite à la traumatisante Grande Guerre. La population désire nouveauté, joie et modernité… .Mais surtout, les femmes ont un grand besoin d’émancipation car elles ont, entre autres, remplacé les hommes partis au front, dans leurs métiers dits « masculins » .. Celles ci libèrent leur corps grâce à des vêtements plus pratiques pour travailler, danser et par revendication. Inévitablement, la lingerie des années 20 évolue en même temps que la mode..

Défaire un cliché

Mais, tout d’abord, il est bon de défaire ce qui est devenu un cliché : ce qu’on appelle les « Années folles » touche une faible partie de la population. Plus précisément les grandes villes, certains milieux artistiques ainsi qu’au sein des catégories les plus aisées. En effet, celles-ci pouvaient se permettre davantage de liberté de mœurs et financières donc des achats de lingerie fine et couteuse. La réalité de la mode dans les campagnes et dans la vie de tous les jours est beaucoup moins glamour que ce que l’on peut voir à travers les films (ex. : Chantons sous la pluie), les photographies modernes et autres supports non authentiques. Ainsi dans les campagnes, les femmes portaient pour la plupart des sous vêtements du 19 ème siècle.

Les vêtements et la silhouette des années 20 changent , la lingerie est donc obligée de s’adapter. En effet, la silhouette en S de la Belle Epoque disparait : la mode est à l’allure androgyne, poitrine plate, hanches et cuisses étroites. Le corset si contraignant du tout début du 19 ème siècle et les longs jupons ne se portent plus.

La lingerie se fait dans des tissus plus légers comme le soie, la crêpe de chine ou encore la crêpe Georgette. Les dessous sont fluides, ce qui permets une plus grande liberté de mouvement.

Les gammes de couleur les plus courantes sont des couleurs pastels : saumon, corail, vert clair.. Il en est de même pour les bas, principalement en soie de couleur claire. Ils sont portés avec des jarretières afin de les faire tenir sur les jambes ou attachés à des portes jarretelles.

L’apparition de la soie artificielle permets à plus de femme de porter certaine lingerie.

Le soutien gorge

En 1913, Mary Phelps Jacob brevète « la brassière » deux mouchoirs en soie en forme de triangle, attachés par de la ficelle. Le tout tenait en place grâce à une attache dans le dos avec à deux rubans noués : le soutien gorge est né. Il était plus souvent appelé bandeau, ou corset de buste. Malheureusement, la commercialisation ne se fait pas et le concept est vendu à la Warner Brothes Corset Company. Celle ci créa la taille de bonnet de A à D.

Brevet de la « brassière » de Mary Phelps Jacob,1913

Les matières de soutien gorge les plus courantes sont la soie, la mousseline ou la batiste ( fine toile de lin ou de coton).

La tendance étant à la poitrine effacée, certaines femmes camouflent leurs seins à l’aide de bandes Velpo ou portent des « bustes » aplatissant, dans la première partie des années 20.

L’apparition de la gaine

Les premières gaines naissent au cours des années 20 : il s’agit d’un corset très souple ou « ceinture maillot » sans baleines métalliques. Le système de laçage est facilité par des œillets métalliques. Mais attention, le corset est remplacé par la gaine principalement à Paris et dans les grandes villes. En campagne cela mettra plus longtemps. . Ce nouveau corset va permettre non pas de réduire la taille comme à la Belle Epoque mais d’aplatir les hanches et les cuisses conformément à la silhouette androgyne de l’époque.

Corset-gaine-Le-reve-Claverie-1923-La-femme-de-France

Au fur et à mesure de la décennie, les sous vêtements sont plus près du corps et tendent vers une silhouette plus féminine. Ainsi elle annonce celle des années 30..

Cadolle, maison de lingerie fine, innovent et lancent une gaine de tricot renforcée au ventre afin de l’aplatir. Elle se porte à même la peau : la chemise de jour disparait.

Les femmes peuvent également porter des combinaisons ainsi qu’un ensemble caraco/soutien gorge et culotte courte. En effet, en 1918, une des bonneterie de Troyes invente la « culotte courte ».

La lingerie des années 20 : les tenues de nuit et d’intérieur

Le pyjama est en vogue dans les années 20 en tenue d’intérieur et de nuit. Il est principalement en soie et peut se porter avec un pardessus assorti.

Que ce soit dans la décoration ou la mode, l’Orient a une influence importante sur les inspirations des artistes. Ainsi le kimono peut se porter en tenue d’intérieur.

Bien sur, la nuisette est également utilisée la nuit.

Vous rêvez d’être transformée en une femme des années 20 ? Alors, le temps d’une séance photographique argentique dans mes studios d’époque (avec prêt de tenues, mise en beauté , accessoires et décor) ou pour une occasion particulière, n’hésitez pas à faire appel à mes services pour voyager dans le temps.

Voici un diaporama de quelques photographies 1920 réalisées par mes soins :

Categories:

1 thought on “La Lingerie des années 20 : : une révolution dans la garde robe féminine”

  1. Henry dit :

    Intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :