La lingerie des années 40 : des restrictions vers un nouveau glamour

Les années 40 débutent par une guerre imposant des restrictions alimentaires, mais aussi textiles. La mode et son industrie, notamment en France, où la Haute Couture avant guerre était florissante, est en total déclin. C’est ainsi que les USA la détrônent pendant cette sombre période et restera une source d’influence. Les femmes raccommodent, créent des vêtements à partir des costumes de leur mari, ou encore des tenues plus anciennes.. Il n’y a pas de frivolité mais elles gardent au mieux leur féminité. Afin d’avoir plus d’aisance pour travailler pendant la guerre, les sous vêtements se font plus simples et pratiques.

Mais c’est bien la France qui , après la guerre, invente le célèbre style New Look, en 1947, par Dior. Celui çi mêle une silhouette Art Nouveau à une autre glamour et moderne. L’intérêt pour la Haute Couture et le style féminin renaissent, et bien sur, encore une fois, la lingerie des années 40 s’adapte à ces changements.

Le Soutien gorge

Pendant la guerre, le soutien gorge reste le même qu’à la fin des années 30. Ceci est expliqué dans mon article sur la lingerie des années 30. Il doit resté pratique pour travailler, et l’on sait le rôle primordial du travail des femmes durant cette période.

Cependant, une mode né des USA devient tendance, représentée par les pin up qui remontaient le mental des soldats : la poitrine généreuse.. Et pointue ! Ce que l’on appelle le « Pointy Look » . Le fameux soutien gorge « Bullet Bra » fait fureur, avec ses nouvelles techniques et ses coutures circulaires. Le plus célèbre étant le modèle V-ette de Hollywood Maxwell depuis 1935.

Le film « The Outlaw » de Howard Hugues est célèbre pour l’invention d’un soutien gorge conçu pour l’actrice Jane Russel, par le réalisateur lui même qui est aussi un ingénieur. En effet, il est sans bretelles et doté d’un système armature métallique qui rendent la poitrine de l’actrice superbe. Cependant, celui ci est jugé trop provocant par le code Hays ( le code de bonne conduite du cinéma américain puritain ).. Le film, tourné en 1931, ne sort que en 1946 à l’écran !

Avec l’arrivée du style New Look en 1947, la mode est à la taille fine et aux seins hauts. Il faut donc un soutien gorge adapté à cette nouvelle silhouette. Ainsi la corsetière Marie Rose Lebigot crée pour Madame Carven en 1947 un soutien gorge à balconnet. Elles brevètent toutes les deux ce modèle Push Up conçu pour des robes bustiers et des petites poitrines. Il sera rendu populaire notamment par Brigitte Bardot dès les années 60, sous forme de maillot de bain également.

La lingerie des années 40 : de la gaine à l’invention de la guêpière

Popularisée dès les années 30, la gaine est portée par presque toutes les femmes dans les années 40. Composée d’une pièce de tissu recouvrant une partie du ventre, les hanches et les cuisses, elle a pour but de maintenir le bassin et de dessiner une silhouette parfaite en toutes circonstances et en toute discrétion.

La combinaison gaine se porte aussi.

Les femmes portent la gaine culotte, plus pratique que la gaine ouverte, mais aussi la gaine ceinture , haute et gainante mais sans porte jarretelles . En effet, celle çi est plus apte à être portée sous un pantalon ou un short que la gente féminine revêt de plus en plus, notamment lors du travail manuel de la seconde guerre mondiale. L’on conseille même aux femmes en uniformes de ne porter qu’elle comme dessous.

Passons maintenant à l’invention de guêpière par Marie Rose Lebigot pour Marcel Rochas après la guerre. Celle ci s’inspire du corset, car le New Look fait écho à la taille très fine de le Belle Epoque ; mais elle le crée bien évidemment plus moderne et moins contraignant. Vous aurez compris qu’elle est destinée, d’où son nom, à faire une taille « de guêpe  » La guêpière combine en une seule pièce le soutien gorge, le bustier, la gaine et le porte jarretelles.

La lingerie des années 40 : les bas

C’est en 1935 que Wallace Carothers invente le nylon : enfin une fibre résistante, élastique et agréable au toucher. C’est pourquoi les femmes adorent encore aujourd’hui sa qualité irréprochable et sa finesse très agréable. Cependant, le bas en nylon n’a lui été commercialisé qu’en 1939 sous le nom de bas en soie synthétique. Tout de suite, il rencontre un vif succès aux Etats Unis, mais très vite, à cause des restrictions de la deuxième guerre mondiale celui ci il devient rare à trouver.

En effet, pendant la guerre la bas nylon et en soie bien sur, deviennent un véritable luxe. Les femmes ne manquent d’imagination pour créer l’illusion qu’elles en portent.. : elles peuvent appliquer un mélange à base de thé, cacao ou encore sauce, et elles dessinent leur couture avec du crayon !

Certaines marques commercialisent de la lotion colorante, comme Elisabeth Arden , qu’elle vend avec un crayon noir dans le package.

Nous pouvons observer sur les archives photographiques de cette époque que les femmes portent également des bas en laine pour l’hiver, ou encore des socquettes blanches.

Mais après la guerre, les soldats américains débarquent en France avec des sacs remplis de bas nylons : nos françaises sont plus qu’heureuses. En 1946, dès la baisse des restrictions, il y a une course au bas nylon, provoquant une grande file d’attente devant les magasins.

Le choix des bas devient plus varié, avec des motifs différents, et surtout sont de plus en plus fins. Ils ont toujours leur couture, peuvent également être en soie pour les plus aisés et sont de couleur pâles ( marron, beige, rose…)

Et si je vous faisais voyager dans les années 40 ?

Vous rêvez d’être transformée en une femme des années 40 ? Alors, le temps d’une séance photographique argentique dans mes studios d’époque (avec prêt de tenues, mise en beauté , accessoires et décor) ou pour une occasion particulière, n’hésitez pas à faire appel à mes services pour voyager dans le temps : https://ladanaideepochphotography.com/prestations/studio/

Voici quelques photographies 1940 réalisées par mes soins :

Categories:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :